The sovereignty of African states: the hidden face of the decor

0
309

(Fabrice EKOMO, Researcher Abdelmalek Essaad University & Co)

Par Fabrice EKOMO, Chercheur en Droit Public à la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Tanger, Université Abdelmalek Essaadi; Saida LATMANI, Professeur de Droit public à la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Tanger, Université Abdelmalek Essaadi; Mehdi ESSARSAR, Professeur de Droit public à la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Tanger, Université Abdelmalek Essaadi

A sovereign State acts only according to its own will, this is the corollary of the right to self-determination. It is to him alone, to whom belongs the role of determining the form of its political regime, independently of any kind of foreign influence or interference.
Is this really the case for all the countries of the black continent? Absolutely not! African states are neither independent nor sovereign. Et c’est ce que nous tenterons de démontrer à travers cet article.
Introduction
L’expression ‘’ souveraineté’’ en elle-même donne à réfléchir. Mais quand il s’agit de la souveraineté des Etats africains, la notion devient aussi perturbante et ne peut que susciter la perplexité de juriste d’où le fétichisme qui la marque. Selon les termes de N. Politis, la souveraineté est un « Un écran qui dévoile, la réalité, il faut donc s’en débarrasser s’il on veut voir clairement ». Peut-on dire alors que les Etats africains dans leur ensemble, sont souverains ?
Il s’agit là d’une question qui pique notre curiosité, titille nos méninges et nous stimule à remettre en question certaines idées, à douter de croyances déguisées selon lesquelles les Etats africains sont vraiment souverains. Indeed, it would be clumsy, because unrealistic, to believe that they can regulate themselves and make their decisions unilaterally and autonomously. It goes without saying that a sovereign state only acts according to its own will, which is the corollary of the right to self-determination. It is up to the state alone to determine the form of its political regime, independently of any kind of foreign influence or interference. Is this really the case for all the countries of the black continent? At first glance, not at all! The fiftieth anniversary of the independence of African states is a duty of memory that must be respected. But also an opportunity to question the African dimension of the very concept of sovereignty and national independence. As long as these States are still suffering thanks to several factors resulting from the colonial fact which, according to us, seems to be eternal. At this point an important question arises: are African states sovereign or independent? Inevitably, the concept of « sovereignty » is present in this analysis as a common thread, even though this sovereignty is still seeking a meaning, a definition. This is why, before any development, it seems useful to stop on a work of definition as long as our concept remains vague.

En effet, ce travail de définition sera largement étoffé dans cet article, mais il nous est possible de fournir dès maintenant quelques éléments de reconnaissance. From a terminological point of view, and starting from the observation that words have their importance, one would have to be very naive to think that the confusion between sovereignty and independence is involuntary. On sait bien, depuis longtemps, que le monde des hommes est régi par les mots, et il n’y a pas de meilleur moyen de sembler. Ne s’être jamais trompé que de demeurer vague et général, mais de l’être avec conviction et autorité. Loin d’être synonymes ces deux termes sont en tous points opposés et le véritable débat politique contemporain doit précisément porter sur la confrontation de ces deux concepts.
Dans l’esprit commun, indépendance et souveraineté sont associés dans une seule et même fonction politique, sans qu’il soit possible de les séparer et de distinguer les différences, voire les écarts, qui les distinguent. À cet amalgame populaire s’ajoute une imprécision référentielle dans la définition de chacune des deux notions. Selon Larousse, on entend par « l’indépendance », la situation d’une collectivité qui n’est pas soumise à une autre autorité. Tandis que la souveraineté désigne la qualité du pouvoir politique d’un Etat ou d’un organisme qui n’est pas soumis au contrôle d’un autre Etat. L’indépendance donc dépasse largement la souveraineté. Mais qu’en est-il des Etats africains ?Il suffit d’observer ce qui se passe aujourd’hui en Afrique, ces multiples guerres qui en règnent pour comprendre que la colonisation est toujours installée sur son sol et qu’on ne va jamais laisser l’Afrique tranquille. Tout le monde veut tirer son jus de ce délicieux fruit. African states are neither independent nor sovereign. And this is what we will try to demonstrate in the following lines of this article while answering these three fundamental questions:

What sovereignty for African states?

  • Is democracy not a poisoned gift for African states, offered with a glint of satisfaction in its eye?
  • What about the right of humanitarian intervention – how was Africa trapped like this?
  • Development aid, a feeling of altruism or selfish calculation?