Login to your account

Username *
Password *
Remember Me

Create an account

Fields marked with an asterisk (*) are required.
Name *
Username *
Password *
Verify password *
Email *
Verify email *
Captcha *
Reload Captcha

Renoncer au franc CFA ? Une opération périlleuse

 

Le débat sur le franc CFA est régulièrement remis au goût du jour, soit par les hommes politiques soit

par les intellectuels du continent. Cette monnaie suscite des débats passionnés, des proclamations

politiques aussi simplistes que péremptoires. De quoi s’agit-il, en réalité, lorsqu’on parle du franc

CFA ?

Les fondamentaux du franc CFA

Lorsque les États africains accédèrent à l’indépendance, il fut nécessaire de définir leurs relations

monétaires entre eux, avec la France et avec le reste du monde. À l’exception de la Guinée, puis du

Mali, qui choisirent d’avoir une monnaie totalement indépendante, les relations monétaires des

autres États furent issues directement de la situation antérieure et prolongeaient l’existence de trois

monnaies émises respectivement en Afrique de l’Ouest, de l’Est et à Madagascar.

Elles constituaient le système de change des États indépendants de la zone franc.

Mais la zone n’est pas seulement un système de change, elle est aussi une zone de coopération

économique (UEMOA, CEMAC). Le système de change des pays africains de la zone franc comportait

traditionnellement trois caractères :

 

Manifestation contre le CFA, le 16 septembre 2017, à Dakar place de la Nation. Seyllou/AFP

Le premier avait trait au régime de convertibilité : entre les pays de la zone franc, le principe était

celui d’une totale liberté des changes, tandis qu’à l’égard de l’extérieur la réglementation des

changes était identique ;

Le taux de change entre la France et les pays de la zone franc était fixe ; autrement dit, le taux de

change des pays membres de la zone à l’égard du reste du monde était défini par l’intermédiaire

du taux de change du franc français ;

Pour assurer la fixité du change et la convertibilité, les réserves monétaires étaient « mises en

commun » ; les pays africains devaient détenir leurs réserves monétaires en francs et la France

garantissait la valeur des monnaies africaines par rapport au franc. Cet arrangement se

concrétisait par l’existence d’un « compte d’opérations » ouvert par le Trésor français aux trois

instituts d’émission africain et malgache, en charge de la politique monétaire, qui y déposaient

leurs réserves. Le compte d’opérations peut, en principe, devenir débiteur de façon illimitée.

Aujourd’hui, les réserves sont égales à 50 % de leurs avoirs extérieurs nets.

Les avoirs extérieurs nets que les pays de l’UEMOA (Union économique et monétaire d’Afrique de

l’Ouest) ont dans le compte d’opérations se montent à 2709 milliards de FCFA, soit 4,1 milliards

d’euros ou encore 4,7 milliards de dollars. Cette somme équivaut au tiers du bénéfice du groupe Total,

la troisième plus grande entreprise française, ou à 0,18 % du PIB de la France.

Les amères leçons du Mali et de la Guinée

Il faut apprendre des erreurs des autres : le Mali a eu une douloureuse expérience monétaire qui a

duré 22 ans (1962-1984). À sa sortie de la zone CFA en 1962, le Mali avait mené une politique

monétaire expansionniste ayant abouti à la dévaluation en 1967 du franc malien, suivie d’un coup

d’État une année plus tard.

La Guinée Conakry, plus grande et plus riche en ressources naturelles que le Sénégal, a depuis 1960 sa

propre monnaie. Elle pèse 7 milliards, là où le Sénégal pèse 16 milliards de dollars. Quel est l’effet du

franc guinéen sur son développement ? Le débat est ailleurs.

Pourquoi nous devons snober, dans le court et le moyen terme, la matérialisation de la monnaie

unique dans l’espace CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest) ?

L’UEMOA – qui rassemble huit pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger,

Sénégal, Togo) – pèse 58,966 milliards de FCFA, soit 102,2 milliards de dollars (l’équivalent de 22 %

du PIB nigérian). La Côte d’Ivoire, qui représente 35,2 % de l’économie de la zone UEMOA, n’a jamais

partagé la gouvernance de la Banque centrale. La politique monétaire de la zone répond plus au

besoin de la Côte d’Ivoire que le reste des pays membres de l’UEMOA.

Alors qu’en sera-t-il d’une future monnaie de la CEDEAO – l’ECO – où le Nigeria représente à lui seul

73,1 % et les 14 pays restants 26,9 % ? c’est dire qu’il y a de fortes chances que la satisfaction des

besoins du Nigéria devienne la préoccupation majeure de la politique monétaire au sein de la zone

ECO.

Tirer les leçons de zone euro

Certains pays n’ont pas les mêmes intérêts que le Nigeria. Par exemple, si l’augmentation du baril du

pétrole arrange ce dernier, elle dérange d’autres pays non producteurs de pétrole. On voit nettement

que ces États n’ont pas les mêmes intérêts. Dès lors, comment peuvent-ils partager la même

monnaie ?

Avant de parler d’une monnaie unique de la CEDEAO, il y a des préalables qu’on doit régler : le

développement du commerce intrarégional, la mise en place des chambres de compensation et l’étude

sur l’optimalité de la zone monétaire.

L’exemple des difficultés de la zone euro doit nous servir de leçon. La Grèce en crise a déprécié la

monnaie européenne et rendu l’économie allemande très compétitive. L’Allemagne étant une

économie exportatrice, plus l’euro est faible mieux son économie se porte.

Dans la zone UEMOA, la stabilité monétaire est une réalité : l’inflation a toujours été maîtrisée depuis

la dévaluation du FCFA de 1994, contrairement aux autres pays de la CDEAO (Nigeria, Ghana…) qui

connaissent des inflations de plus de 10 %. Cette stabilité monétaire a permis à la zone UEMOA de

mettre en place des politiques économiques dans le long terme avec un faible décalage entre les

scénarios pessimistes et optimistes.

La zone monétaire la plus stable au monde

Depuis 2011, les pays de la zone UEMOA sont rentrés dans une dynamique de croissance soutenue

encore plus intéressante. Pourquoi quitter, alors, une zone stable, qui nous permet d’avoir une

croissance économique soutenue qui avoisine les 7 %, au moment où l’Afrique affiche son taux de

croissance le plus faible depuis 25 ans (1,6 %), pour rejoindre une zone chroniquement instable du fait

du poids du PIB du Nigeria, qui dépend aux trois-quarts du pétrole ? Comme le pétrole est très

volatile et l’économie nigériane ne dépend que de cette ressource naturelle, on doit s’attendre à une

monnaie très instable pour les pays de la CEDEAO.

Bien que la monnaie puisse être considérée comme un instrument de développement, le ciblage

d’inflation – politique monétaire qui vise à fixer des objectifs d’inflation sur une période donnée –

reste, par expérience, la stratégie de politique monétaire dominante – ce qu’on appelle la « mission

hiérarchique ». Seule la Réserve fédérale américaine (FED) a une mission duale, à savoir : stabiliser

les prix et chercher la croissance économique.

La zone UEMOA est aujourd’hui la zone monétaire la plus stable au monde. Elle a surtout besoin de

mettre en place une économie de transformation des ressources en améliorant le climat des affaires

pour créer davantage de valeur ajoutée et lutter, par conséquent, contre le chômage.

 

Cheikh Ahmed Bamba Diagne

Directeur scientifique du Laboratoire de recherche économique et monétaire (LAREM), Université Cheikh Anta Diop de Dakar

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le vendredi, 02 août 2019 12:39

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

© 2017 RASA | Rapport Alternatif Sur L'Afrique Tous les Droits Réservés.