« Le développement, une graine qui a poussé en Occident …? Une absurdité, partagée pendant des décennies », Dr Chérif Salif Sy

0
130

« Je crois que la question des souverainetés est fondamentale. Personnellement je suis en train de me demander pourquoi nous ne prenons pas au mot les nouveaux maitres du monde, c’est-à-dire ceux qui prétendent donner des leçons et diriger le monde. Après la conférence de Bandung, le Secrétaire d’Etat américain chargé des questions de développement disait que le développement est constitué de cinq (5) étapes: de la naissance à la maturité pour permettre le développement d’un pays. Il dit que le développement, c’est en quelque sorte, une graine qui a poussé dans les pays occidentaux et qu’il nous suffit de la prendre et la semer, pour avoir les mêmes résultats que les pays occidentaux.

Bien sûr, c’est une absurdité, partagée pendant des décennies. Mais je crois que parfois, il est bon de les prendre au mot. Pourquoi je dis cela? Aujourd’hui, on peut revoir un peu comment l’industrialisation ou le développement des grands pays industrialisés s’est fait. D’abord, ils ont travaillé sur des leviers qui permettent d’assurer la souveraineté, et le développement économique. Ils commencent par identifier les ressources des eaux, du sol et du sous-sol, les forêts, les mines. Ils mettent la main là-dessus. Tout cela, l’Etat les prend en considération pour dire que c’est le capital national. Ensuite, ils créent l’impôt, ils lèvent une armée qui se met à travailler.

C’est comme ça qu’on a fait la construction nationale. Pour donner une synthèse de cette démarche, nous l’avons appelé la maitrise des conditions de l’accumulation; c’est-à-dire la maitrise des ressources du sol, du sous-sol,  de l’environnement, du système d’éducation et de formation, de la science et de la technologie, du système bancaire, de la production, de la communication, etc. C’est ça que j’appelle les conditions de l’accumulation. Vous remarquerez qui si un Etat n’a pas de souveraineté sur tous ces leviers, il y a peu de chances qu’il construise un développement adéquat. C’est pour cela que c’est important de le préciser souvent. Des fois nos jeunes sont dans des polémiques sans intérêt, disant çà et là, que nos pays ne sont pas indépendants. Ce n’est pas exact ».

Suivez l’intégralité de l’entretien en suivant l’émission de RASA-AFRICA Tv: