« Pour une autre approche du sport », Pr Abdoulaye Sakho

0
390

*Agrégé des facultés de droit, Directeur fondateur du Master Droit et Economie du Sport Institut EDGE/CRES. Dakar

L’évolution du sport dans le monde au cours des dernières années a pris une telle ampleur qu’elle ne peut laisser aucun pays indifférent.
L’augmentation du nombre de pratiquants, l’introduction de nouvelles disciplines sportives, l’essor considérable de l’économie et du droit du sport, le rayonnement des champions, l’influence de plus en plus importante des médias, l’utilisation des technologies de l’information et de la communication ne sont pas sans poser de nouvelles difficultés aux décideurs politiques et aux dirigeants sportifs dans une Afrique préoccupée à trouver les solutions aux problèmes de santé, d’éducation et d’emploi.
Cette difficile conciliation des problèmes économiques avec les exigences contemporaines de la pratique sportive appelle des efforts de réflexion renouvelée en vue de transformer tous les atouts dont dispose le continent africain en ce qui concerne le sport.
À la lumière de ces considérations, il faut rappeler qu’aujourd’hui le sport a pris une telle place dans nos sociétés, qu’il constitue un puissant indicateur de réussite ou d’échec tant sur le plan économique que politique et pour cette raison fondamentale, il est légitime de soulever le problème de sa place dans nos sociétés contemporaines.
Certes le lien entre le développement économique et le sport est aujourd’hui bien perçu, mais toutes les conséquences n’en sont pas tirées au point que les effets réciproques de l’un sur l’autre sont relativement méconnus.

Pour cette raison, et partant de l’idée que le point de départ de toute réflexion passe par une meilleure connaissance de l’objet de la réflexion, il faut faire l’état des diverses relations entre les multiples acteurs et parties prenantes du monde du sport.

Le constat est qu’aujourd’hui, très peu de données existent sur le sport africain.

Il faut donc encourager la communauté de la recherche à investir le créneau sportif afin de disposer de données fiables. Peut-être qu’avant même les décideurs politiques, les chercheurs et universitaires doivent se convaincre que le sport, au même titre que les autres secteurs économiques, mérite une plus grande sollicitude.

Par la suite, avoir une autre approche du sport suppose de la part des pouvoirs publics, le traitement de cette activité comme un secteur économique qui exige des soutiens financiers, des traitements de faveur au regard du régime juridique des prélèvements obligatoires dans le pays (fiscalité, sécurité sociale, retraite), une comptabilité et une finance sportives spécifiques intégrant le capital humain constitué des pratiquants et autres sportifs qui seront pris en compte pour établir la santé financière d’une structure sportive.

Cela suppose également de la part des partenaires au développement qu’ils s’intéressent à ce secteur hautement créateur d’emploi en le dotant de programmes et de stratégies spécifiques comme on le fait pour les secteurs d’infrastructures notamment.

Pour atteindre ces objectifs de rationalisation de l’approche économique du sport, il faudra combler le gap de la mesure de l’impact économique du sport dans la société. Il est indispensable d’aller vers un plus grand perfectionnement des instruments statistiques de mesure du poids économique du sport dans l’économie nationale. La dimension économique du sport, et en particulier le potentiel que représentent les multiples activités liées au sport pour la croissance économique en termes de consommation et d’emplois, ont été jusqu’à présent négligés. Aujourd’hui, malgré de gros efforts, le sport ne constitue pas, dans les
statistiques, une branche économique identifiée. Les statistiques nationales ne sont pas suffisamment précises, ni établies selon des critères de définition permettant d’isoler avec pertinence le secteur du sport.
Last but not least, il est également indispensable de disposer d’une réglementation suffisamment efficace pour favoriser un financement optimal de l’activité sportive ; financement qui –cela va sans dire- devra être conforme à l’éthique sportive. C’est dans cet esprit que je mène toutes mes recherches depuis quelques années.

Abdoulaye SAKHO