« On ne peut pas prétendre travailler à l’amélioration du bien-être collectif des populations de la région aujourd’hui et demain sans considérer que la question de la condition des filles et des femmes comme une question cruciale. Depuis le lancement de WATHI, nous avons lancé différentes initiatives pour mettre dans le débat public les questions d’inégalités de genre, en donnant notamment la parole à des filles et à des femmes qui décrivent elles-même les problèmes auxquels elles sont confrontées. Il faut déconstruire l’idée selon laquelle ce sont des histoires de Blancs. Partout dans le monde il y a des inégalités de genre, ce n’est pas une spécificité africaine. Nous devons recentrer le débat sur ce que signifient concrètement pour nos sociétés ces inégalités dont les violences à l’égard des filles et des femmes ne sont que la manifestation la plus extrême. » Gilles Yabi. Emission en compagnie de Ghaëls Mbaye, militante pour les droits des femmes et chargée de programmes à Afrikajom Center.